Search

Opium Dream Estate


Initialement présenté par son fondateur Sébastyén D comme un projet « oscillant entre néofolk, heavenly, ambient et indé et influencé par Dead Can Dance, The Cure, Arcana, VAST, Lycia et Sol Invictus », il est tout de même toujours difficile de définir le son et l’atmosphère de l’œuvre d’Opium Dream Estate, et c’est précisément ce mystère qui rend ce groupe aussi intéressant.


Ce qui permet aussi à notre esprit de naviguer à son tour à travers différentes influences potentielles: De Nick Cave à Black Rebel Motorcycle Club de Syd Barrett à The Doors et parfois même Alice in Chains (à qui le titre Black Hole sorti en 2018 semble presqu'être un hommage, volontaire ou non ? Qui sait ?)… Ils sont aussi nombreux que talentueux à faire partie de leur famille spirituelle, du moins celle que l’on aimerait former pour eux.




Leur dernier album Pilgrimage est sorti en février 2021, et il cultive sans surprise tous les aspects fascinants de la formation parisienne. C’est sombre, empreint de rêverie et de psychédélisme. On aime se perdre au fil des titres comme on s’égare au milieu d’une immense forêt un soir de pleine lune.


Obscur et hypnotique, à conseiller de prime abord aux amateurs de gothic folk mais aussi tout simplement aux amoureux de textes poétiques et de mélodies envoûtantes.